Château de Menessaire

Domaine de la Princesse Armoria, Duché de Saulieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La chambre rouge

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 27 Mar 2009 - 14:59

Messire Burger, vous le soulèverez légèrement quand je devrais faire passer la bande. En douceur, et sans à coup, pour ne pas le bousculer.

Burger acquiesça d'un air grave. Il passa ses bras, l'un sous les épaules du sieur et l'autre sous ses fesses en s'arc-boutant près à se tendre comme un ressort.

Soulevez. Doucement.

Burger fit jouer ses muscles longiformes. Il était tout en nerf et joua des reins pour tenter de soulever le blessé. Diable, ce n'était pas une donzelle ! Burger força un peu... On avait l'impression d'une marmotte qui tentait de soulever un lion. Burger serra les dents en se concentrant pour ne pas faire de bêtise. Il parvint à le soulever d'un iota, à bout de bras, tout crispé et dis à la Princesse entre ses dents.

Allez y, dépêchez vous je vais pas tenir longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 27 Mar 2009 - 19:21

Le tout était de faire passer la bande sous le corps, sans se rater, sans quoi elle allait devoir soigner aussi le dos de Burger. Aussi se pencha-t-elle encore plus, jusqu'à être très proche de Theo, une main faisant rouler la bande sous lui, l'autre, de l'autre côté, cherchant à la rattraper. Quand elle l'eut saisie, elle dit brièvement :

Je l'ai. Posez.

La bande repassa par-dessus, et fut ramenée de l'autre côté. Elle serra, juste un peu : pas encore assez de passages pour pouvoir faire mieux.

Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snell

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 27 Mar 2009 - 20:51

Regardant discrètement la scène du seuil de la porte, Snell ne fit aucun mouvement pour aider. Il connaissait Theognis depuis longtemps et ne l'appréciais guère. Le régent avait la même appréciation du Borgne, alors ni l'un, ni l'autre ne s'en souciait vraiment. Le noeud de leur différent n'était pas au niveau de leurs opinions ou de leurs personnalités. Non, leur inimitié partagée découlait d'un femme, bien entendu. Peut-être de deux femmes, même.

Bras croisés, épaule appuyée contre le cadrage de la porte, le Borgne regardait la scène en silence. Le blessé semblait souffrir, mais Snell se retint de sourire. Il avait eu sa part de blessures aussi. Assez pour ne pas les souhaiter aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 27 Mar 2009 - 21:25

et rebelotte, c'est repartir. Burger contracta les muscles comme on bande un arc. Craquement des os, serrage de fesses, fallait pas que ça dure trop longtemps cette histoire.

Petit sourire grimaçant pour signifier à Armoria qui tout allait bien... Pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 28 Mar 2009 - 10:49

Théo suait à grosses gouttes, regardant avec appréhension Armoria et Burger manipuler les bandages autour de sa taille. Ils serraient assez forts pour lui causer quelques douleurs, mais le pire était cette sensation de suspension en l'air. Ce n'est pas le sein d'Armoria, à proximité de sa tête balançant ses formes généreuses, qui le ragaillardit, malgré qu'en soi, ce n'était pas désagréable. Evidemment.
Moins agréable était la position de Burger, dont il sentait une faiblesse en ses bras. Allait-il pouvoir le soutenir jusqu'au bout? Théo n'avait pas trés envie d'être lâché sur le sommier comme un poids mort. Il cuidait que ses blessures n'apprécieraient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 28 Mar 2009 - 18:41

Second passage des bandes, précautionneusement. Un coup d'oeil vers le blessé, pour vérifier si tout allait bien. Un autre vers Burger : la crispation de son visage disait assez bien que les efforts demandés lui coûtaient physiquement. Elle se releva, fit semblant d'avoir besoin de détendre ses reins pour donner à son assistant le temps de souffler. Ce faisant, elle vit Snell appuyé contre le chambranle. Elle lui adressa un sourire amusé, accompagné d'un froncement de nez réprobateur.

Je vois là une paire de solides bras qui viendraient à point soulager ceux de mon tout nouvel intendant... T... Vous nous aidez, Snell ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snell

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 29 Mar 2009 - 16:04

Snell leva les mains en signe d'innocence, réprimant un sourire en voyant le joli petit nez se froncer.

Oh, mais je ne suis point médicastre, duchesse. J'aurais peur de causer plus de tort que de bien au fragile diplomate qu'est notre régent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 29 Mar 2009 - 16:11

L'éclat des yeux verts se fit plus vif, ce qui était rarement bon signe, sauf en cas de taquinerie. Mais l'heure n'était pas à taquiner.

Snell. Tu as deux bras. Tu les mets sous lui, et tu soulèves quand je fais signe. Nul besoin d'être médicastre, ce que du reste, je n'ai jamais été. En revanche, si messire Burger s'esquinte le dos à soulever Theognis à lui seul, il va te falloir courir très vite si tu ne veux pas toi aussi avoir besoin de soins.

Sourcil levé, mains posées sur les hanches. Et vouvoiement oublié pour de bon.

Humpf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snell

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 29 Mar 2009 - 16:23

Dans la vie, il faut savoir quand cesser de pousser. Ne cachant plus son sourire amusé, Snell entra dans la pièce et alla se placer aux côtés de Burger. Il regarda brièvement le régent qui agonisait.

Faudra prendre des cours d'escrime, régent.

Il glissa ensuite doucement les bras sous l'homme en attendant le signal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 29 Mar 2009 - 18:23

Théo répondit à l'effronté Snell d'un grincement de dents accompagné d'un regard plus noir que le fond d'un tiroir dans un château hanté. Il se demandait quand la torture médicale prendrait fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Lun 30 Mar 2009 - 16:35

Ah ! Le garde du corps était là ! Burger lâcha un petit soupir de bonheur. D'un bras celui-ci pourrait soulever le... régent ? Burger prit une mine surprise et presque effrayée... Arf, cet homme était donc un dirigeant bourguignon ? Eh be... On pouvait dire que Burger avait touché le pouvoir de près, quand il raconterai ça à ses petits enfants... si jamais il en avait... Toujours est-il que Burger remerciait le ciel de ne pas avoir failli lorsqu'il l'avait soulevé...

Burger se décala, laissant le gros du morceau à Snell. Bon, c'est cool se dit Burger y'aura plus qu'à suivre le mouvement. Coup d'oeil à Armoria en attendant le signal.

Bref moment de réflexion... Le régent allait-il survivre ? Vu l'état de la blessure ce n'était pas si certain... Et s'il mourrait, allait-on les accuser de l'avoir fait mourir ? Les complots politiques sont si vite arrivés... Et lui pauvre troubadour était le naïf idéal...

Burger se retrouvait là à soulever un homme qui n'était visiblement pas tombé d'une échelle... et qui plus est était régent... On connait la durée de vie des régents se disait Burger... Il jeta un coup d'Oeil à Armoria un peu incertain. Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Bon, ne soyons pas paranoïaque se dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Lun 30 Mar 2009 - 19:39

Elle allait pouvoir profiter de cette aide pour achever. Non pas le blessé, mais les soins. Quoi que... Elle regarda Snell, puis Burger, et enfin Theo, tandis qu'elle continuait à entourer son torse de bandages, se penchant et se relevant, tâchant de faire vite et bien pour ne pas fatiguer les porteurs.

Te voilà à ma merci, sur mes terres, et quasiment personne ne te sait ici, hormis des gens qui me sont fidèles, fit-elle sur un ton neutre, sans rien montrer sur son visage concentré. Amusant, non ? Tu pourrais disparaître de la surface de la terre que nul n'en saurait mie...

Ne plus regarder Snell, surtout pas, ne pas rire. Garder les yeux baissés et le visage inexpressif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Lun 30 Mar 2009 - 21:04

Burger baissa le visage... blanc comme un linge... sueurs froides... Sans oser regarder le Régent.

Burger a toujours détesté que l'on s'en prenne à un faible, alors un blessé désarmé... n'en parlons pas !

Le rythme cardiaque qui augmente...

Ainsi, s'agitait-il d'une intrigue ? D'un complot... Burger prompt à s'emballer commençait déjà à tout imaginer. "Mais si je parle, vont-ils me tuer ? Ont-ils prévu de m'éliminer après l'opération effectuée ?"

Il fallait qu'il fasse passer le message au blesser qu'il était avec lui.

Burger ferait semblant de ne pas comprendre ou de suivre les ordres sans se poser de questions et irait vite chercher du renfort... Mais vers qui se tourner ?? Armoria connaissait tout le monde ici et Burger ne connaissait personne... Ah ! il était fait comme un rat. C'était un traquenard !

Elle l'avait donc amenée jusqu'ici parce qu'elle avait besoin de lui et comptait s'en servir et l'éliminer ensuite. Mais oui !

Mais pourquoi donc une dame telle qu'elle aurait besoin de quelqu'un comme lui... Ah ! mais oui ! elle connaissait les herbes et les potions magiques ! Peut être était-ce une sorcière ! Elle... elle avait besoin de réaliser des sacrifices humains à Belzébuth ! Oh mon Dieu... Burger eut tout à coup l'envie de fuir en hurlant.

Burger simula d'avoir mal au dos... Il se pencha vers le régent en se courbant et en posant les mains sur ses hanches. et lui murmura à l'oreille entre ses dents, sans même savoir si celui-ci pourrait parvenir à entendre quoi que se soit tant cela était ténu.


Vous n'êtes pas seul.

Burger l'avait dit si faiblement qu'il était peu probable que le régent ai compris quoi que ce soit. Peut importait à vrai dire. Le simple fait que l'on veuille prendre contact avec lui de manière détournée lui donnerait surement du courage...

Puis Burger se releva et glissa ses bras sous le régent, non sans ajouter.


Désolé, je commence à sentir mon dos défaillir.

Petit silence, Petit doute.

Armoria soignait le régent, si elle avait voulu le faire disparaitre... elle ne le soignerait pas... Burger relève subitement la tête vers la Princesse qui a toujours la tête baissée. Se payerait-elle sa tête ? Un petit sourire venait poindre sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snell

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Lun 30 Mar 2009 - 21:28

Snell ne broncha pas d'un cil et continua sur la lancée de la princesse en lançant un coup d'oeil sérieux à Burger.

Nous pourrions nous servir de la même tourbière où j'ai jeté votre dernier intendant, duchesse. Celui qui ne savait pas tenir sa langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 31 Mar 2009 - 0:40

Elle s'appliquait - ou semblait s'appliquer - à bien disposer et serrer le bandage, assez pour soutenir, pas trop pour éviter les compressions pouvant entraîner des nécroses.

Hmmm... Ah non, pas cette fois. J'ai fait mettre des poissons dans le grand bassin, la viande qui pourrit dans l'eau a le don de les faire grandir à vue d'oeil. Ou presque. Laissons la tourbière aux mauvais intendants, et gardons la chair de noble pour les poissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 31 Mar 2009 - 11:43

Le petit sourire disparut bien vite... Burger ne se sentit pas bien tout à coup. Mais qu'était-il venu faire dans cette galère ? Il ferma les yeux trente seconde pour se retrouver l'espace d'un instant sur sa barque en pleine mer... là où le soleil chauffe la peau, cette peau iodée et tannée que les embruns et le vent du large lave à grandes eaux... Il y a des fois où l'on se dit trop tard que l'on aurait dut s'en douter.

Bon, il s'agissait de sauver sa peau. Tant pis pour le noble, de toute façon Burger serait bien incapable de le porter sur son dos.

Burger se remémora le chemin qu'il avait pris depuis son arrivée. Le grillage d'entrée, l'allée, la porte, le petit salon, les couloir, la chambre... Pfff, il était pas sortit. Faudrait la jouer finement.

Burger jeta un coup d'œil à Snell, il avait pas l'air de rigoler des masses... La princesse continuait de bander le blessé... à quoi bon s'il fallait le jeter dans la marre ? Burger se disait qu'il devait y avoir derrière tout ça un stratagème dont il n'avait pas idée...

Bref, la meilleure manière de s'en tirer se dit-il c'était encore de rentrer dans l'équipe... D'un ton qu'il tenta de rendre le plus détaché, comme celui des deux autres, tout en acquiesçant gravement il dit,


Un mauvais intendant, c'est terrible... Les poissons méritent pas ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 31 Mar 2009 - 23:12

Sa main se crispe sur les draps. S'agirait-il d'une trahison? Effaimeyre ne lui aurait donc pas menti, elle éliminerait implacablement tout ses ennemis pour se hisser sur le trône de France. Mais pourquoi moi? Par vengeance personnelle? Parce qu'elle a pris goût à cela?
Il sourit sans conviction à ses insinuations. Que fait Snell ici? Pourquoi est-il venu? Pour le soigner? Ils se détestent cordialement.
Et Loreleï? Elle avait quitté la pièce, pour une raison banale, mais ne devait-elle pas s'instruire à le soigner? Fallait-il alors qu'on lui cache son meurtre? Etait-il possible que la princesse de Mortain soit devenue aussi machiavélique? Son garde du corps devait exercer une sérieuse influence sur cette nature douce. Tombée dans la démence après avoir perdu trois maris, elle ne reculerait plus devant rien pour mettre en place son maléfique projet.
Théo regrette soudain d'avoir cédé à son principal défaut: celui de faire confiance trop vite aux gens. Mais avait-il le choix? En avait-il seulement la volonté, de faire autrement, de choisir une autre destination? Eoline l'ignore, Eoline est partie avec un autre, le monde est vide et triste sans Eoline. Il a dans le coeur des douleurs pires que ses blessures au ventre. Alors, il est prêt. Il se tient prêt à la mort. Sifflant entre ses dents, il dit à Armoria.


Si tu veux frapper, frappes vite, mais tue d'abord l'intendant, je ne veux pas qu'il me voit mourir ainsi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 31 Mar 2009 - 23:34

Le bandage était terminé. Elle glissa l'extrémité du tissu sous les autres passages, assez loin pour éviter de le voir se défaire, hors des zones propres aux mouvements. Puis elle se redressa et regarda Theo, d'abord pour regarder s'il marchait dans la combine de ce petit bizutage à Burger, tout aussitôt amère et déçue quand elle lut dans ses yeux qu'il ne jouait pas. Son visage devient de marbre, aussi glacé que sa voix.

Toujours prêt à croire les pires horreurs sur mon compte, pas vrai, d'Arquian ? A se demander si au final cela ne t'arrangerait pas, pour excuser ce que tu m'as fait par ailleurs.

Elle se tourna vers Burger, puis Snell, se radoucissant.

La blague était d'assez mauvais goût, je suis désolée. Snell, merci de ton aide, je sais qu'elle a dû te coûter.

Elle se dirigea ensuite vers la porte, en laissant là son panier de simples, ne se retournant qu'avant de sortir pour regarder de nouveau son blessé.

Quant à toi, évite de trop bouger pendant deux à trois jours. Tu n'auras rien à craindre pour ta vie, je pars à Paris pour les funérailles de mon époux.

Elle serra les dents.

Dès que tu te sentiras mieux, débarrasse le plancher, je n'ai que faire chez moi de gens qui me connaissant aussi bien que tu me connaissais, ne me font pas confiance. Tu m'as déjà souvent blessée, Theo, mais rarement autant qu'aujourd'hui.

Elle claqua la porte en sortant. Evidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mer 1 Avr 2009 - 14:20

Si tu veux frapper, frappes vite, mais tue d'abord l'intendant, je ne veux pas qu'il me voit mourir ainsi!

Burger commençait à avoir la tête qui tournait. Sentant qu'il allait bientôt tomber dans les pommes, il se redressa péniblement en levant son doigt comme le font les écoliers pour demander la permission de parler. Après tout, s'il était tombé dans un piège, il méritait bien qu'on lui donne un dernier verre de calva. Mais la Princesse fut plus rapide.

...La blague était d'assez mauvais goût, je suis désolée...

Burger resta coi. Arf, était-ce une plaisanterie ? Ah mais... mais... Burger jeta un coup d'œil à Snell, puis retour sur Armoria. Ah ! il s'était bien fait avoir. Mais quel crétin d'être tombé dans le piège ! Il se frappa le front, lui qui imaginait déjà Armoria le dépeçant en ricanant et lançant ses yeux exorbités dans un chaudron maudit en chantant la gloire de l'anté-Aristote... Ah ! mais pourtant il aurait du le savoir... Il se promit à lui même de ne plus s'y faire prendre...

Armoria semblait être sacrément furax que le Régent soit lui aussi tombé dans le piège... Ah les femmes ! se dit Burger à lui même, elles ont beau être Princesses, toutes les mêmes... Besoin d'avoir confiance et qu'on leur fasse confiance quoi qu'il advienne... Nulle ne les trouble plus que l'on puisse douter d'elles...


...Tu m'as déjà souvent blessée, Theo, mais rarement autant qu'aujourd'hui.

Elle avouait sa blessure. En avouant sa faiblesse et en exprimant ainsi sa dignité, elle n'en sortait que plus grande. Quelle force se dit Burger qui retrouvait celle qui l'avait impressionné en Artois. Elle attendait donc que ceux qu'il l'entourent l'aiment malgré ce que l'on dit, malgré les apparences, malgré... ah ! Se vouer à un être corps et âme, voilà l'abnégation que demande les individus capables de se hisser au plus hautes marches du pouvoir. Ces êtres qui sont toujours incertains quant à savoir si l'affection qu'on leur porte est sincère ou intéressée...

Burger avait l'impression d'avoir assisté au drame d'une vie. Comme si celui-ci s'était exprimé en quelques secondes sous son nez.

Il jeta un coup d'œil au Régent, il n'aurait pas voulu être à sa place. Il avait eu peur pour sa vie, et, la supercherie tombée, le voilà qui se retrouvait dans la situation délicate d'être redevable d'avoir été soigné et de ne pas avoir répondu avec chaleur à l'attention qui lui avait été faite. Le pauvre était victime de sa naïveté tout comme l'avait été Burger...

Bref, pas le temps de tergiverser... Burger laissa Les deux hommes en plan et se précipita vers la porte à la suite de la Princesse. Puis la rejoignant dans le couloir en tachant de la suivre.


Princesse, pardonnez-moi. Je... vous m'avez joué un vilain tour, j'ai bien cru à un moment que... Enfin, je... Bref, je voulais vous présenter mes excuses, je n'aurais pas du douter de vous. Et croyez bien que vous m'avez donner une bonne leçon !

Finit-il par lui dire avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mer 1 Avr 2009 - 15:09

Elle remontait à grands pas le couloir, bien différente en cela avec la marche calme et digne qu'elle adoptait en représentation : mais à Ménessaire, elle était chez elle, et s'y montrait sans fards, pleine et entière. Ses joues étaient donc encore empourprées par la colère que Theo avait fait éclore, et qui brûlait aussi par éclat dans ses yeux verts. Mais Burger, qu'y pouvait-il, innocente victime de leur plaisanterie ? Aussi respira-t-elle profondément, le temps de se tricoter un sourire qui ne fût ni forcé ni feint.

Allons, tout va bien... Nous nous montrons souvent taquins, pour le moins, et dotés d'un humour noir qui peut sembler déplacé pour qui n'en a point coutume... Si vous saviez le nombre de gens que nous avons ainsi vexés !

Elle regarda vers la porte de la chambre rouge, la désignant d'un geste du menton avec une amertume qui ressortit dans sa voix.

Mais l'autre, là... Voici des siècles que nous nous connaissons, et j'avoue que le voir prêter crédit à cela m'a mise hors de moi, et bien peinée. N'eût été la promesse faite à mon aïeule, je l'aurais laissé se débrouiller avec ses blessures, croyez-le. Humpf.

Petit haussement des épaules : le sujet était clos.

Je vous laisse faire le tour des lieux, j'ai quelques petites choses à régler, et vais tâcher de vous trouver Sebonemo, afin qu'il vous aide à mettre les choses en place, et prendre vos marques. Ah, au fait, votre chambre est prête, Gaston vous y mènera quand vous le souhaiterez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snell

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mer 1 Avr 2009 - 17:34

Snell se retrouva bientôt seul avec Théo. La scène avait rapidement versée de blague à la vexation et le Borgne n'avait pu qu'être un témoin silencieux. Il jeta un oeil au blessé. On ne pouvait s'attendre à ce qu'un homme dans son état puisse bien saisir les nuances d'humour volant autour de lui et Snell trouva la réaction d'Armoria un peu extrême.

Mais comment comprendre la réaction d'une femme? Le Borgne en avait connu plus qu'une, et il savait que le régent aussi connaissait bien la gente féminine, un autre point commun que les deux avaient, mais il ne cessait de s'étonner qu'il était encore et toujours surpris par elles.

En regardant la porte de nouveau, Snell tapota l'épaule du blessé de manière sympathique et en oubliant tout des blessures.


Ahhhh les femmes... il est inutile d'essayer de les comprendre.

Le Borgne sourit.

Avant de vous laisser, y a-t-il autre chose que je puisse faire pour vous, régent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Jeu 2 Avr 2009 - 17:40

Il regardait la porte et s'en voulait de son manque de confiance, sa paranoïa lui semblait à présent bien ridicule. Mais elle avait insinué une chose qu'il ne pouvait supporter en l'état, qu'il n'avait jamais pu supporter d'ailleurs, une manifestation de l'incroyable orgueil d'Armoria....S'excuser pour tout ce qu'il lui avait fait....Elle avait fait bien pire avec lui, bien pire.....Ainsi l'arrogance de Théo avec l'orgueil de la Princesse s'entrechoquaient avec fracas, et leur pardon mutuel, s'il devait se renouveler encore une fois, ne serait jamais qu'un onguent sur une cicatrice.

La voix de Snell le tira de ses songes. Il considéra l'oeil unique du sémurois, avec la conviction qu'ils se tenaient encore si proches et pourtant étaient si éloignés, comme aujourd'hui. Dans une autre vie, ils auraient pu être amis. Mais la politique et l'amour, les deux mamelles du bourguignon, les tiendraient souvent séparés, malgré une véritable affection réciproque.


Merci, Snell, je crois que j'ai besoin surtout de repos. Allez rejoindre Armoria et tentez de la raisonner. Ses colères sont aussi vives que brèves, n'est-ce pas?

Il s'allongea mieux, glissant sa tête sur le coussin, et ferma les yeux.

Ah remerciez aussi messire Burger pour sa précieuse aide. Ainsi que Loreleï, la petite Princesse sera contente de me savoir en bonne santé. Et remerciez surtout Armoria, quand elle sera en mesure d'accepter ma gratitude pour ses soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzounette

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 31/03/2009
Localisation : Devant toi, patate !

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 12 Avr 2009 - 18:03

Le soir des retrouvailles...

*Petite Duchesse qui a échappé à la surveillance princière se fait annoncer*

*Grand Duc -enfin, grand de taille, pas de titre- surpris que sa petite duchesse d'amour ait pu échapper à la dure quoi que fort discrète surveillance du Chaperon label Princier. Se lève aussi sec pour aller prendre dans ses... Enfin... Accueillir en tout bien tout honneur -le duc se méfie de la colère princière- l'étoile de ses jours et de ses nuits. Répond en même temps : *

Ma mie ! Entrez ! Entrez ! Quel bonheur de pouvoir vous voir sans... enfin... de vous voir !


*Baisse les yeux et rougit*

Mon duc, mon Erik... Enfin, oui, Duc... Je... Bonsoir

*Reste a une distance raisonnable de lui*


*N'y tient plus et la soulève du sol, déposant un fougueux baiser sur ses lèvres rubis*

*Déguste ce baiser, goûte chaque parcelle de ses lèvres, puis le repousse doucement, lui intimant*

Duc, offrez moi donc à boire

*Regarde de nouveau le sol*


*Sent sa Duchesse un peu sur le qui vive... S'en navre, maudit, bien amicalement, son amie la GMF, mais comprends. Au bout d'un instant, le temps pour la demande angevine de remonter au cervelet d'un pair bien plus intéressé par autre chose à ce moment là :*

Un verre de vin ? Oui da, ma térébrante amie ! Je vous sers un peu du mien, si vous le voulez... inutile de faire mander serviteurs, n'est-ce pas ?

* Se disant, maintient toujours la jeune femme à 5 pouces au dessus du sol...*


*Toujours suspendue dans les bras de son fougueux amoureux, se retenant de l'embrasser à nouveau*

Euh, oui, très bien

*Tente de réprimer un rire*


*S'apercevant du frémissement des lèvres et des zygomatiques de sa Blonde absolue, ne peut se retenir d'une question :

Qu'y a-t-il ma douce ? Aurai-je exprimé quelque drolesque proposition ?


*Se pend à son cou et le dévore des yeux*

Point, juste la joie qui m'habite


*Grand râle de bonheur satisfait et de plaisir complet.*

Ahhhhhhhhhh ! Mon amour, mon aimée, mon plaisir perpétuel, ma grâce incroyable !
Que vous pouvez me manquer lorsque vous n'êtes point là, même à deux pas d'ici dans votre chambre ou bien ailleurs !

*Dépose sur son visage, son front, son nez, ses joues, son menton, ses lèvres une infinité fébrile de baisers papillons *


*Se laisse aller à ce moment de plaisir, oublie tout, le monde n'existe plus, moment tendre et plein de grâce… Alors que la princesse loge à quelques chambres de là… Se reprend dans un sursaut*

Offrez moi à boire vous dis je !


*Brutal rappel à la réalité... Acquiesce, se dirige vers la bouteille entamée, sans toutefois lâcher la jeunette jusqu'au moment où...:*

Aheum... Je crains que si vous désirez que je vous serve de ce gentil breuvage il ne me faille vous faire retrouver le plancher des vaches, ma petite fée...*

*Duc légèrement rosissant sur les bords avant de partir dans un franc rire en comprenant le pourquoi de la prime réaction de la Duchesse*

Décidément... ce que je peux être benêt en votre présence...

*Repose délicatement Fitzounette et commence à servir du vin*


*Lui caresse la joue avant de retrouver le sol*

Chut, ne dites rien


*Ne dit rien et tend le verre à Fitz*

*Sans le quitter des yeux, accepte le verre, y trempe les lèvres et soupire, satisfaite. Ca ne vaudra jamais un bon vieux Saumur mais il fait dire que cela a du gout !*

*Un bruit au dehors...rapidement, le duc dépose un doigt sur la bouche de son aimée*

Chuuuut...


*Trois petits coups à la porte de Fitzounette. Fronce son petit nez, comme sa maman, se souvient de ce que cette dernière lui a dit et traverse la demeure pour aller frapper à celle d'Erik*

*D'un air TRES innocent*

Ouiiii ???? Est-ce vous, charmante Ylfan ?


*Se contracte, reste silencieuse, ne respire même plus*

*D'un regard fait comprendre à Fitz qu'il la remercie de sa promptitude*

*Opine du chef, toujours en apnée*

*Surprise*

Oui, comment le savez-vous, messire duc ?


*Toujours de l'autre coté de la porte de sa chambre : *

J’ai assez bonne ouïe, gentille damoiselle et il m'avait bien semblé reconnaitre votre voix !


Je n'ai pourtant point parlé...

*De plus en plus perplexe, se pose des questions*

Messire duc, ouvrez vite, je suis inquiète !


*Se rend compte qu'il vient de gaffer... En effet, rien ne lui permettait de deviner que la fille d'Armoria pouvait être là, si Fitzounette ne l'était point elle même*

Aheum...


Vite, de grâce !

*Met une note de panique dans se voix*


Que puis-je pour vous, Damoiselle ? C'est que, voyez vous... je suis dans une tenue qui ne me permets en aucun cas d'ouvrir à quelque jeune femme que ce soit...

*Insistant bien sur ses derniers mots*


Au diable la tenue ! L’on pourrait donc mourir, icelieu, nul ne s'en préoccuperait.

*Commence à manquer d'air et bleuit*

*Toujours dans la chambre, Fitzounette se retenant presque complètement de respirer. Erik ne comprend pas la réaction subite de l'enfançonne mais soupire*

Ouf...

*Murmurant *

Je crois que nous y avons échappé belle !


*Se rapproche à pas de loup de la porte, tend l'oreille

*Souffle*

Je peux respirer maintenant ?


*Dans le creux de l'oreille de l'Angevine : *

Cache toi derrière le lit... je crois que je vais faire une petit blague..


*Tombe a genoux, en mode buse camouflage, et fonce SOUS le lit*

*Se dirige à pas de loup vers la porte, afin de vérifier qu'ils sont enfin seuls et ouvre brutalement la porte...*

*Tombe dans la pièce*

*De toute sa stature d'homme, de Duc "dans l'âge", de Pair de France, et de Bourguignon outré :*
Et bien, jeune fille ! Voulez vous que je dise à Madame votre mère que vous écoutez aux portes de ses invités ? Allons allons ! Rentrez dans vos appartements avant que je ne me fâche vraiment !


*Manque de s'étouffer sous la couche ducale, manquerait plus qu'elle l'aperçoive*

*Commence par rougir jusqu'à l'écarlate, se remet debout et le toise de toute sa petite hauteur*

Allons-y dès à présent, que je lui dise le peu de cas que vous faites de notre sécurité !


*Regarde sa tenue avec insistance*

Allons donc... votre sécurité... n e pensez vous pas que vous exagérez quelque peu, jeune fille ?

*Dans une position inconfortable, maudit sa folie d'être venue visiter son amour. N'a qu'une ambition, regagner sa chambre sans que rien ne filtre*

Vous vous habillez vite, dites-moi… La duchesse Fitzounette a disparu.

*Scrute sa réaction*


Disparue ?

*Faussement paniqué*

Disparue ? Mais c'est horrible cela ! Allez ! Allez ! Faites mander tous les valets, les gardes, tous vos serviteurs, que sais-je ?

*La repoussant irrésistiblement vers la sortie*

Vous ne voudriez point qu'il puisse lui arriver quoi que ce soit, n'est-ce pas ?


Et vous ?

*Ne répond pas à la question de Lorelei*

*Manque d'air cette fois, prie pour qu'il la congédie*

*Parvient enfin à repousser la jeune princesse vers le couloir et claque assez peu délicatement la porte derrière elle*

*Expire douloureusement, puis inspire. Se hisse de sous le lit*

C'était moins une


*Grand soupir*

Oui... Moins une


*Parvient à se redresser, déboussolée*

Aheum... Pour cette fois... Mais je crains que nous ne devions faire vite... Qu'est-ce qui vous a poussé à prendre de tels... risques ma douce ?
Je veux dire, venir jusqu'à ma chambre nuitamment ?


*Se jette sur lui, le couvre de baisers, puis dit d'une traite*

Mon futur vassal est à Nevers ainsi que mon beau cousin. Vous m'aviez promis de me faire visiter votre duché. J'aimerais profondément vous les présenter.


*Rend les baisers. Prend les mains de Fitz *

Une balade avec vous ?

*Sait pourtant ce qui se dit au conseil*

Mais bien entendu ! Avec joie ! Quand voudriez vous partir ?


Demain mon amour, si vous y consentez

*Folle de bonheur, il va rencontrer « ses » gens, ceux qui comptent pour elle*


*Bien que délicieusement ravi de voyager en bourgogne avec sa dulcinée, n'est pas si certain que cela de croiser certaines des personnes qu'elle connait le met en joie... les langues vont tellement bon train en Bourgogne ces temps ci...*

Votre bonheur est le mien ma Grace


*Se serre contre lui*

Si vous saviez.... Vous êtes le seul.... Je ne sais que vous dire... Comment faites vous pour m'aimer... Je sais bien ce que l'on dit de moi

*Pose le doigt sur sa bouche*

Ne dites rien, aimez moi


*........ Allait en effet lui dire quelque chose... devant la douceur et la légèreté si poétique de ce simple geste, se sent totalement fondre, lui, le Duc dans la force de l'âge, celui que d'aucun, il le sait, il s'en doute, aimeraient tant voir à l'autre bout du monde connu ces derniers temps*

Je vous aime ma Blondeur écarlate... Si vous saviez comme je vous aime...

*Parvient-il à lui avouer dans un murmure*


*Se repait de cet aveu, se hisse sur la pointe des pieds et lui mord le cou*

Je vous aime Erik, mais je dois partir... Si Loreleï… Si la princese...


*Navré de reconnaitre qu'elle a parfaitement raison*

Je ne le sais que trop, ma perle... Demain, je crains que nous n'ayons quelqu'acerbe remarque de son Altesse… Cette jeune fille est une vraie petite fouine
Il faudra aussi, je le pense, demander le congé momentané à la princesse... Que nous retrouverons d'ailleurs à Nevers...

*Prenant le parti de jouer les innocent*

J'ai cru comprendre qu'elle devait aussi s'y rendre pour affaire....


*Ne s'en doutant pas, le plus sincèrement du monde*

Quelle aubaine, nous pourrions ainsi l'accompagner


Nous ferions ainsi d'une pierre deux coups... Et la rassurerions sur... hum... le petit mensonge que nous serons bien obligé de lui faire, quant à votre disparition inopinée... de votre chambre...

*Place son visage dans le cou de son amant*

Un si petit mensonge... Bonne nuitée mon Duc...


*Lui prenant délicatement la tête entre sa main d'homme aimant, la presse un dernier instant contre sa forte nuque*

Bonne nuitée ma petite reyne... Et faites bien attention à ne croiser aucune petite souris...

*L'embrasse une dernière fois et la laisse filer*


*Profite de cet instant d'éternité, se sépare difficilement de lui. Entrouvre le porte discrètement, puis se faufile dans le couloir comme une ombre pour rejoindre la chambre de Céleste*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mer 15 Juil 2009 - 18:47

Le coup de l'ellipse :

Voilà, ma dame, fit une Juliette pas peu fière de montrer la chambre à Ylalang. C'est une des plus belles, hein, Son Altesse m'a bien donné ses consignes, hou-là... et pour vot' suivante, y'a la chambre brune qu'est juste à côté.

Elle baissa la voix comme pour une confidence :

Le dernier à y avoir dormi, c'est un pair de France, un Comte qu'était en Artois avant... Pis il est parti dans un monastère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damejustine

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 17 Juil 2009 - 18:59

Justine assistait son éclopée de suzeraine en pensant à elle quelques mois auparavant qui devait aussi s'attarder sur sa canne de temps en temps, souffrant d'une douleur fulgurante à la cheville due à une latte qui avait cédé sous son pied.
Drôle de cortège - quoique surement habituel dans ce genre d'endroit : une servante suivie d'une vicomtesse soutenue par sa vassale, elles-mêmes suivies de "quelques malles" de "petites affaires".

Justine s'arrêta sur le seuil de la chambre pour y jeter un coup d'oeil : en effet, elle était vraiment pas mal cette chambre ... Leah était peut-être en de bonnes mains finalement. Quoique, l'habit ne fait pas le moine et elle avait promis au Roy d'Armes de surveiller les expériences bourguignonnes !
L'Orléanaise sourit en entendant la "confidence" et puis, d'un regard circulaire dans le couloir, elle trouva sa chambre ... à explorer plus tard.
Elle se retourna vers sa suzeraine.


Couchée, assise à la limite, mais plus debout ! Ou est-ce que je vous emmène ?

Elle sourit, cherchant un siège au cas où Yla choisirait la solution : assise. En effet, pas vraiment besoin de chercher le lit, il était tellement graaaaand et somptuuuuueux ! Wouaw, Justine n'avait pas l'habitude d'autant de faste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre rouge
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La menace Rouge...
» la vipère rouge
» [RP]Derrière la taverne, une lanterne rouge
» Tout rouge fixe et sifflement
» Problème Nabaztag:tag rouge + bruit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Menessaire :: Le château :: Les chambres-
Sauter vers: