Château de Menessaire

Domaine de la Princesse Armoria, Duché de Saulieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La chambre rouge

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: La chambre rouge   Dim 5 Aoû 2007 - 17:45



Réservée aux hôtes de marque, c'est un signe d'honneur de se la voir attribuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 1:14

Les lourdes portes de chêne pivotèrent sur leurs gonds, laissant entrer dans la chambre rouge un cortège affairé autour d'une litière. Allongé sur les moelleux coussins, Théo souffrait le martyr, la main posée sur un bandage maculé de sang. Il sentait sous ses doigts la chaleur tiède s'échapper de son corps et les bords de la cicatrice ouverte lui brûlaient les entrailles, comme un tison appuyé sur son ventre. La douce brise de la nuit sur son front bouillonnant ne lui apportait plus de réconfort, à grosses gouttes la sueur s'écoulait de son front et collait sa chemise à son torse. Ses yeux cristallisés de larmes ne reconnaissaient personne, ne voulaient voir personne, dans la honte de son dénuement.
Bien qu'il eut reçu l'ordre, respectueux, de se taire, il criait de douleur et pleuraient de désespoir. Les valets le soulevèrent avec précaution, malgré toute leur lassitude d'accompagner un blessé si braillard, puis le posèrent dans le lit ouvert en grand. La douceur du sommier, les mains posées sur son visage, apaisèrent un peu le Régent, mais il continuait à sangloter doucement, humilié, confus, et fou de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 2:01

Elle avait reçu des nouvelles alarmantes au moment de sortir de taverne, et était restée plus longtemps que prévu pour rassembler des volontaires au cas où. Elle avait hésité à proposer à Theognis de loger chez elle le temps d'aller mieux, mais elle avait, toute enfant, promis à sa grand-mère de faire bénéficier du savoir familial à la moindre occasion...

Chemin faisant, raccompagnée par Aconit, elle songea que le temps était venu de transmettre à son tour ce savoir : avec la vie aventureuse qu'elle menait, mieux valait ne pas remettre les choses à plus tard, et risquer que le "plus tard" devînt "trop tard". Elle prit donc le temps d'aller chercher sa petite élève avant d'aller vers la chambre rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 2:15

Revenue de chez la nourrice où elle avait placé l'enfant qui lui avait été confié à Mendes, elle venait de rentrer chez elle. Elle ne sortait plus de Ménessaire, échaudée par ce qu'avait essayé de faire le vilain crapaud, quand elle s'était montrée en gargote.

Elle brodait dans sa chambre quand sa mère vint la chercher et lui expliqua, après l'avoir embrassée, ce qu'elles allaient faire. Elle la regarda, les yeux brillants.


C'est vrai, Mammig ? Tu vas m'apprendre ?

Elle n'appelait plus sa mère ainsi que dans l'intimité. Enfin, elle allait connaître le savoir ancestral ! Oh, bien sûr, il faudrait supporter la vue du sang, mais... Le sien, de sang, parlait si fort dans ses veines de la tradition des femmes de la famille !

Sa mère frappa légèrement et poussa la porte, ayant pris au passage tout ce qu'il fallait. Elle entra à sa suite, curieuse et déjà attentive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 2:32

Elle portait un panier de simples, et des tissu de toile fine, ayant donné à sa fille une jarre d'eau et une bassine de porcelaine, qu'elle lui fit signe de poser au chevet du blessé. Les simples furent, eux, posés au sol.

Theo ? C'est moi... Ne bougez pas, je vais devoir regarder votre plaie, et voir si ma science suffira.

La dague de poitrine sortit rapidement de sa cachette pour ouvrir la chemise.

Regarde, dit-elle à sa fille. Mieux vaut sacrifier un vêtement, et ne pas bouger le blessé. Eponge son front avec un tissu mouillé, s'il te plaît.

Elle regarda la blessure et fronça le nez, concentrée.

Humpf... La plaie s'est rouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 2:49

Ses larmes avaient cessé de couler. L'apaisement lacrymal, quand les pleurs épuisent la peine, mais aussi la vue de Loreleï, sourcils froncés essayant d'apaiser son horreur. Le courage d'une petite fille est le plus contagieux qui soit. Théo bougea un peu la tête sur le coussin pour mieux en épouser les formes et sourit faiblement à la mère.

Votre Altesse, vous ne m'apprenez rien....

Il n'avait plus de voix, rauque, sifflante, elle se laissait porter par le souffle ténu de sa respiration. Serrant les dents, il ajouta:

Allez-vous donc ainsi me soigner à la dague? Percez le coeur alors, c'est là que le mal se trouve.

Ironie du blessé qui souffre sans vouloir le dire quand la douleur est trop évidente pour être dissimulé. Mais il se mordit les lèvres de sa dernière réplique: devant Loreleï, il lui faudrait être digne, ne pas crier, gémir le moins possible et penser à guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 15:27

Elle le regarda, un sourcil levé, et fronça le nez.

Si je vous devais soigner à la dague, sachez que je viserais la gorge, elle est bien plus aisée à trouver que le coeur.

Elle se tourna de nouveau vers sa fille.

Loreleï, la première chose à faire, en cas de plaie ouverte, est de nettoyer cette dernière, afin que de voir s'il faut ou non recoudre. Donne-moi la fiole d'alcool, dans mon panier.

Vers Theo, de nouveau.

Allez, on ouvre la bouche. Je vous préviens, cela va brûler...

Elle ne précisa pas si elle parlait de la blessure ou de la gorge : de fait, il s'agissait des deux. Elle profita du feu qui devait s'écouler dans la bouche et la gorge de sa "victime" pour aussitôt verser l'alcool sur la plaie, le prenant par surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 20 Mar 2009 - 15:36

Soigneusement, elle avait trempé le linge dans l'eau fraîche. Elle avait marqué une légère hésitation, par timidité, avant d'éponger le front de l'homme, qu'elle reconnaissait vaguement.

Quand sa mère versa l'alcool sur la blessure, le jeune visage de porcelaine se crispa un peu : elle ressentait presque la brûlure dans sa chair. Elle épongea l'alcool teinté de vermillon qui coula de la plaie, adressa un regard et un pauvre sourire d'encouragement au blessé, puis regarda de nouveau sa mère. Concentrée, attentive. Elle semblait indifférente. L'était-elle ? Se cachait-elle derrière un masque ? Etait-ce sa manière de ne songer qu'à soigner, pour éviter les distractions, sources d'erreurs ? Parfois, sa mère lui était un mystère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 21 Mar 2009 - 10:51

Comme un dragon léchant son corps d'une flamme, Théo sentit une intense brûlure aussi soudaine qu'inattendue dévorer sa peau, sa chair et ses yeux. Ses membres se raidirent dans un spasme brutal, la tête soulevée du coussin, il cria comme un damné soumis à la torture, mais sa voix brisée n'eut qu'un faible écho en mourant dans sa gorge tandis qu'il regardait Armoria, les yeux exaltés. Des larmes tièdes se mélangèrent à la sueur de son visage et coulèrent dans sa bouche, picotant sa langue sèche comme un parchemin.
Enfin, reprenant son souffle, péniblement, il parvint à articuler quelques mots:


Armoria.....Tu n'es qu'une, qu'une....

Plusieurs mots se télescopèrent dans son esprit: une perfide, une sorcière, une tortionnaire? Tous s'échappèrent devant l'image de Loreleï au doux sourire, montrant de la compassion à son égard. Il aurait été beau d'insulter sa mère alors qu'il était devenu l'ange de la douleur et du désespoir! Théo replongea dans le coussin à plumes, ferma les yeux et le poing serré sur le drap du lit, il se concentra, tremblant de tout son être, pour évacuer la douleur hors de lui-même. Sa mâchoire aussi lui faisait mal, il avait eu de la chance de ne pas se couper la langue sous le choc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 21 Mar 2009 - 15:29

Toute à sa tâche, elle répondit d'un air presque distrait.

Je ne suis qu'une idiote qui cherche à tenir la promesse faite à son aïeule : user de la science inculquée pour soigner, sans chercher à savoir qui, ni pourquoi.

Elle jeta un rapide coup d'oeil vers sa fille et sourit, grave.

Cette promesse que tu me devras faire itou.

Elle farfouilla dans son panier de simples.

La plaie ne s'est pas assez rouverte pour qu'il soit nécessaire de recoudre, Theo : tu t'en sors bien, cesse un peu de geindre.

Du panier, elle sortit le petit pot d'onguent, de même facture que celui que Theo connaissait, un petit mortier et son pilon, et un sachet qu'elle vida dans le mortier, y ajoutant un peu de vin. Tout en préparant le mélange, elle continua, pour sa fille.

L'onguent est composé de miel, de vulnéraire, de ciste et de castoreum. L'odeur est forte, mais l'action est efficace. Il apaise la douleur et aide à la cicatrisation. Le mélange que je prépare luttera contre les risques d'infections.

Elle tint le mortier devant les lèvres de Theo.

Allez... Celui-ci ne brûle ni ne pique, c'est juste un peu amer. Loreleï, applique l'onguent sur les lèvres de la plaie. Des mouvements légers : ne cherche pas à faire pénétrer la préparation dans la peau, veille juste à ce qu'elle soit bien répartie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 21 Mar 2009 - 18:14

Burger que Gaston avait conduit jusqu'à la chambre vit rentrer celui-ci dans la chambre pour que celui-ci l'annonce. Quelques instants plus tard, Gaston ressortait faisant signe à Burger de rentrer.

Burger passa le pas de la porte. Un homme alongé, couvert de sueur... Du linge éparpillé rougit par le sang. Une filette que Burger ne connaissait pas... Bien étrange endroit pour une enfant, se dit-il alors que l'on pouvait entendre des gémissements étouffés retenus entre les dents de l'homme.

Burger observa la scène. Dame Armoria s'occupait déjà fort bien du patient. La blessure était grave, il avait perdu beaucoup de sang. Celui-ci était toujours conscient, ce qui étonna Burger. Se devait être un sacré Lion celui-là pour ne pas tomber dans les vappes avec ce qu'il avait reçu. Burger ne voyait pas son visage, pourtant la douleur de l'homme était palpable et emplissait la pièce.

La langue ! La langue se dit Burger. Il farfouilla dans sa besace. Il savait que les douleurs extrêmes engendrent des réflexes de crispations des machoires. Il sortit un petit morceau de bois de sa besace.

Petite tappe dans le dos de la Princesse pour lui signifier sa présence. Burger lui tend le morceau de bois.


Faites lui modre ça..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 21 Mar 2009 - 20:46

Du fond de son coussin, tétanisé par le choc alcoolisé, Théo ne comprenait que des bribes de mots. Au terme de "idiote", il sourit faiblement. Comment pouvait-elle dire cela? Elle était sa fée blonde qui le soignait comme elle l'avait toujours fait. A l'expression "cesser de geindre", il cessa de sourire. Le traitait-elle de douillet? Une goutte de sueur s'écoula entre deux yeux noirs. Il bouillonnait de colère, comment osait-elle? Il en avait assez, de ces femmes qui se moquaient de lui, de sa faiblesse et de cette douleur obsédante au creux de ses entrailles, brûlures sanguines.
Il fronça le nez lorsqu'elle présenta à ses lèvres le bol qui sentait mauvais, vraiment mauvais. Inclinant la tête, il but une minuscule gorgée, eut une réaction de dégout qui lui déforma le visage. Diantre que ce n'était pas bon!
Alors, gardant la bouche obstinément fermé, il refusa d'en avaler une goutte de plus. Ses lèvres étaient hermétiquement closes, sa mâchoire ne cillait pas. Et ce n'est pas l'inconnu agitant le morceau de bois qui le ferait changer d'avis. Il ne boirait plus ce liquide infâme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Sam 21 Mar 2009 - 21:05

Elle étudiait sur le visage de Theo les éventuelles réactions. Ce n'était pas un hasard si elle le secouait... Elle vit un sourire, puis de la colère, et enfin, une mine d'enfant boudeur. Elle sourit, satisfaite de l'examen. Mais ne renonça pas pour autant. Le tutoiement persistait, si rare chez elle. Mais peu de choses étaient plus intimes que des chairs fouaillées, que ce fût pour le sexe ou pour soigner des plaies, cela restait de la chair offerte en béance. Pour le coup, elle se radoucit, tant par la voix que par le regard.

Allons, Theo, il faut boire. Sinon, les gestes de ma fille te feront d'autant plus souffrir, et vous en pâtirez, aussi bien elle que toi... Allez, encore un effort, ce sera bientôt terminé, et il me faudra trouver une autre façon de te torturer !

Par-dessus son épaule, une mèche de longs cheveux blonds en profitant pour se détacher et glisser, or liquide, de sa lourde torsade, elle accueillit du regard Burger.


Si-fait, riche idée... D'ordinaire, j'use de mon pilon, et il porte traces de bien des dents.

Retour vers le patient impatient.

Theo, s'il te plaît... Si tu ne le fais pour toi, ou pour moi, fais-le du moins pour ma fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 22 Mar 2009 - 0:20

La porte s'ouvrit. Gaston ? N'osant semblant distraite, c'est de sous ses cils qu'elle coula un regard vers l'arrivant. Inconnu. Un invité de sa mère, sans doute. Le Comte Aconit, peut-être ?

Son esprit abandonna la question, et elle se sentit rougir d'avoir, fût-ce pour un instant, oublié "son" blessé. Sa mère lui confiait le soin d'appliquer l'onguent. Oh, elle le connaissait, et cette odeur forte qui semblait déjà emplir la pièce, sitôt le pot ouvert, lui rappela les plaies et bosses d'une enfance téméraire. Malgré elle, elle sourit à ce rappel. Dame, à treize ans, nubile et fiancée, l'enfance était loin derrière !

Seulement, il fallait que sa mère parvienne à convaincre le régent de finir son remède. Elle comprit qu'Armoria, finaude, tentait de l'utiliser comme moyen de conviction. Elle décida de l'aider.


Mère, cette promesse, j'estime devoir vous la faire avant ce premier soin que je vais donner.

Sa voix, d'abord peu assurée, presque un murmure, se raffermit pour la phrase suivante.

Comme vous le fîtes, comme le fit votre mère, sa mère, et les femmes de notre sang depuis si longtemps, à mon tour, je fais serment d'user de ces connaissances pour soigner et tenter de guérir qui en aura besoin, sans me préoccuper de son identité ni d'où vient le mal fait, sans m'attarder sur des rancoeurs ou des mauvais souvenirs.

Elle avait improvisé ces mots selon ce qu'elle savait de sa mère, selon ce qu'elle venait de lui entendre dire à Theognis. Elle trouva qu'elle avait trop parlé, et ses joues rosirent de nouveau tandis que ses cils vinrent voiler son regard de jade. Elle se tint prête à étaler le soin sitôt que sa mère lui ferait signe, et trouva encore un peu d'audace pour murmurer, les yeux fixés sur le pot de grès :

Messire régent, je me sentirais plus tranquille si vous finissiez ce remède...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 22 Mar 2009 - 20:46

Le pouvoir de tutoiement de la Princesse avait des vertus insoupçonnées sur Théo. Elle n'était plus Son Altesse, mais la blonde Armoria au doux regard et à la voix suave, la femme de ses souvenirs, quand il s'abandonnait à l'aimer en secret. Le petit laïus de sa fille à son oreille finit par le persuader: il allait faire œuvre de courage devant les Ylfan, pour tenir son rang, pour ne pas décevoir.
Il plaça le bol entre ses lèvres, avec l'aide d'Armoria, il commença à boire. C'était vraiment infect. Mais la mère et la fille étaient aux premières loges pour contempler son exploit, alors Théo réprima son haut-de-coeur et avala le tout. Ignoble! Son visage exprima peu ou prou la figure du nourrisson qui vient de naître dans les linges souillés. Il connaissait maintenant un nouveau parfum, mais il avait hâte de s'en débarrasser. Il coula un regard presque suppliant vers Armoria:


Un verre d'eau, je peux avoir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 22 Mar 2009 - 21:10

Elle réfléchit, la tête un peu penchée sur le côté, attentive à une voix qu'elle était seule à entendre : celle des souvenirs. Quand elle soignait, elle cherchait à se souvenir des conseils de son aïeule. Boire ou ne pas boire, Mamgoz ? Ne pas boire, mais...

Elle mit une fois de plus la main dans son panier, ouvrit un pot, en sortit une racine.


Boire de l'eau, pas encore, il ne faudrait pas provoquer de nausées, dont les spasmes pourraient ouvrir encore un peu plus la plaie... Mais je sais combien le remède est amer, donc, voici une racine de centaurée. Allez, on ouvre la bouche ! Loreleï, à toi, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 22 Mar 2009 - 22:21

Théo tourna les yeux vers ce panier d'osier, dont le contenu révélait merveilles pharmacopéennes, plantes mystérieuses au nom poétique. De la centaurée....La mélodie de ses syllabes donna à Théo l'envie d'y gouter. Puis il éprouvait un plaisir secret à ce qu'Armoria lui donne à manger.
La chair de cette racine, rafraichissante, lui éclaircit la bouche, un peu de salive vint mouiller sa langue et ses lèvres, il respira mieux. Ce qui ne l'empêcha pas de contempler avec appréhension Loreleï s'approchant. Il n'aimait guère être impuissant en présence d'une fille de 13 ans. Surtout qu'elle révélait certains des charmants traits de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Dim 22 Mar 2009 - 23:46

Elle trempa ses doigts, qu'elle venait de laver dans la bassine, dans l'onguent. L'odeur monta de nouveau, plus forte d'avoir remué le produit onctueux, et avec elle, une nouvelle bouffée de nostalgie.

Elle osa regarder vraiment la blessure, ce qu'elle avait évité de faire jusqu'à présent, s'arrêtant à ses abords quand elle avait épongé l'alcool. Elle se sentit pâlir. Ses mains se mirent à trembler un peu. Cette vue sur les chairs que la peau devrait cacher avait quelque chose de profondément dérangeant et de fascinant à la fois. Elle adressa un regard à sa mère, hésitante. Elle fit bien : ce qu'elle vit la rasséréna. Le visage de sa mère respirait la confiance qu'elle lui portait. Sans doute, elle aussi avait reçu ce même regard la première fois. Elle sentit la force de l'atavisme, elle sentit l'appel de toutes ses ancêtres, et la continuité d'une chaîne qui remontait... Jusqu'à quand dans le passé ? Elle se prit même à espérer avoir une fille à son tour, pour lui transmettre et lui raconter un beau jour ce qui se passait en ce moment.

Le regard de jade se posa sur le visage du blessé, le jeune visage s'éclaira d'un beau sourire confiant.


Allons-y, fit-elle d'une voix soudain raffermie.

Les doigts se posèrent avec délicatesse sur les bords de la plaie, déposant l'onguent par touches légères. Penser à ce qu'elle devait faire, à ce que sa mère lui avait dit. Ne pas faire pénétrer, juste appliquer. Elle était toute entière concentrée à ce si petit univers : ses doigts et les quelques pouces de peau qu'ils avaient pour mission de soigner. Ses doigts qui ne tremblaient plus.

Quand les lèvres de la blessure furent couvertes d'une généreuse épaisseur de produit, elle se releva, réalisant seulement qu'elle avait retenu sa respiration presque tout du long.


Voilà, fit-elle comme si elle venait de faire quelque chose d'aussi banal qu'un point de broderie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Lun 23 Mar 2009 - 15:31

Burger assistait à la scène bien impuissant. Il observa la jeune fille faire sous le regard aimant de la Princesse. Burger se demanda quels liens unissait les deux femmes. Il regarda le visage de la Princesse se figer quelque peu lorsque le blessé demanda de l'eau dans un murmure. On pouvait y lire l'incertitude, puis la résolution.

Une racine de quoi ? centaurée ? Burger ne connaissait pas... Quel moment privilégié se dit-il. La Princesse était versée dans les arts de la pharmacopée, qui eut cru qu'elle fut si érudite. Burger pensa à messire Iclo et à ses plantes... Il se sentit quantité négligeable et se mit à penser à la formation médicale qui devrait commencer pour lui à l'Ordre lescurien.

En attendant, il se réfugia dans un mutisme, intérieurement reconnaissant de pouvoir assister à une telle scène et près à répondre à la moindre sollicitation que l'on lui ferait. Burger était surtout désireux de ne pas déranger. Après tout se dit-il, je devrais peut être sortir, mais il restait obnubilé par la Princesse, et surtout par la jeune fille qui visiblement prenait sur elle et avançait avec l'incertitude des premiers gestes mais avec déjà la résolution assurée propre à la témérité de l'age tendre lorsque l'on agit sous l'œil sécurisant de celui qui aime, comprend et guide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 24 Mar 2009 - 14:05

Il se sentait mal à l'aise, mais il ne vit de Loreleï que la tête blonde tant elle s'appliquait à son travail. Elle manquait d'expérience, n'avait pas l'habitude des blessures, aussi ses doigts cuisaient parfois la chair de Théo en prenant un appui trop marqué sur sa cicatrice. Il retenait alors sa respiration, serrait entre ses dents le morceau de bois burgerien, et grimaçait un peu. Il avait l'étrange sentiment toutefois d'apprécier sa douleur, d'y prendre du plaisir....Un juste châtiment pour son cœur emporté et fou, dont les battements précipités avaient réouvert ses blessures.

Loreleï n'avait pas lésiné sur l'onguent, dont l'odeur poivré piquait le nez et les yeux secs. Il regarda brièvement la tartine qu'elle avait étalée sur les conseils de sa mère, puis reposa la tête sur le coussin, soulagé. Il était entre de bonnes mains, car il se savait en sécurité chez sa meilleure ennemie, sentiment un peu étrange, difficilement explicable. Ils n'avaient jamais pu se haïr vraiment, pensa Théo.
Une douleur diffuse lui chauffait le ventre, comme un présage heureux de sa guérison prochaine. Il aurait bien voulu enlever tout le drap, mais la pudeur commandait le contraire. Alors, il leva la main vers le visage de Loreleï, et, enlevant le morceau de bois de sa bouche, il lui dit en caressant sa joue.


Merci, jeune femme, vos mains sont guérisseuses. Vous avez les mêmes dons que votre mère, et je profite autant de vos soins que j'ai profité des siens....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 24 Mar 2009 - 15:12

Elle sourit à sa fille, fière d'elle.

C'était très bien, ma chérie. Tu t'en es fort bien sortie.

Elle avait bien vu le visage de Theo se crisper de temps à autre, mais il était difficile de soigner sans faire mal : Loreleï se perfectionnerait avec le temps. En revanche, le regard d'Armoria sur le blessé se fit plus aigü quand elle vit sa main toucher le visage de sa jeune pucelle. Elle connaissait - ô combien - Theo et son attrait pour l'interdit. Or, elle tenait à ce que sa fille restât sage jusqu'à son hyménée.

Regard vert qui disait : approche-toi d'elle et ces blessures deviendront un souvenir plaisant par rapport à ce que je te ferai. Ou encore, selon le dicton populaire, "c'est point du mouron pour ton s'rin, mon gars".


Bien. La plaie a été lavée, apaisée, l'onguent y a été déposé... Reste à présent à faire en sorte qu'elle ne s'ouvre pas davantage sous l'effet de gestes brusques. Je connais Theo, il sera tout sauf prudent.

Elle fit signe à Burger de se tenir prêt à l'aider, et réalisa que si le drap glissait...

Loreleï, va me chercher des bandes de tissu dans la salle des gardes, je crains de ne pas en avoir assez, ici. Theo, messire Burger m'aidera à te soulever quand il faudra faire passer la bande sous toi. Il faudra te laisser faire, et ne surtout pas participer : là où se situe la plaie, mieux vaut ne pas durcir ton ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
burgerqueen

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 24 Mar 2009 - 16:36

Aux paroles de la Princesse, Burger laissa sa besace qu'il portait encore à la main contre le mur, près de la porte, et alla se placer de l'autre côté du lit... Petit coup d'œil à l'homme que Burger voyait pour la première fois des pieds à la tête. Celui-ci était couvert de sueur et de sang...

Le Princesse demanda à la fillette d'aller chercher des bandages... Burger remarqua alors pour la première fois l'air de famille que les deux femmes partageaient. Serais-ce... ? Ah bien, la fille d'Armoria ? En tout cas, cela y ressemblait beaucoup, et puis ceci expliquerai cela... M'enfin l'heure n'était pas à la spéculation.

Burger se pencha sur l'homme qui était bien mal en point. En attendant que la fillette aille chercher le nécessaire, Burger plongea un linge propre dans une bassine remplie d'eau fraiche qui se trouvait sur une commode à proximité, l'étreignit et épongea le front de l'homme. Celui-ci devait subir les pires souffrances aux vues de la blessure béante que Burger découvrait pour la première fois dans toute sa splendeur... Il songea qu'il ne savait pas à qui il avait à faire, mais sans nul doute s'agissait-il d'une noble personne. Il gardait les dents serrées et l'on sentait que le moindre gémissement était un affront à son honneur... Il luttait le bougre. Quel courage se disait Burger.

Puis, petit sourire silencieux à Armoria pour lui signifier qu'il était près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mar 24 Mar 2009 - 20:32

Elle essuyait ce qui restait de produit sur ses doigts quand elle sentit la main du blessé sur sa joue. Elle ouvrit de grands yeux étonnés, et se sut à la chaleur montant à son visage qu'elle rougissait. Le vert de ses yeux fut aussitôt voilé des longs cils, quand elle baissa le regard. Regard qu'elle releva vivement quand sa mère lui demanda d'aller chercher des bandages à l'autre bout du château.

Mais, mère...

L'autre bout du château ? Bon : sa mère devait avoir de bonnes raisons de vouloir l'éloigner. A cause de cette main sur sa joue ? Etait-ce si mal ? Les yeux, de nouveau, se baissèrent. Loreleï pouvait désobéir au monde entier, mais pas à Armoria.

Bien, mère.

Elle posa le ling avec lequel elle venait de s'essuyer sur la chaise proche du lit, et sortit en refermant doucement la porte.

Dans le couloir, elle réalisa que le blessé l'avait appelée "jeune femme". Fiérote, elle se mit à sourire, et se dirigea vers la salle des gardes en chantonnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theognis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Mer 25 Mar 2009 - 21:04

Théo feint d'ignorer la lueur courroucée dans les yeux d'Armoria: là où il se trouvait, dans un lit maculé de son sang, avec le coeur en poudre et le ventre en fusion, rien ne pouvait l'atteindre. Sauf à ce qu'elle le trucide sur place, mais il savait qu'elle ne le ferait pas.
De fait, il fut soulagé de voir Loreleï partir de la chambre. Peu lui plaisait de souffrir le martyr devant une jeune fille, et encore moins de servir de cobaye pour son apprentissage de la médecine.
Avec des yeux apaisés de l'action de l'onguent sur ses cicatrices brûlantes, il écouta attentivement Armoria décrire la suite des opérations. Ne pas contracter son ventre....Rien qu'à y penser, Théo sentait les muscles se bander et la douleur se faire plus cuisante. Alors, il remit le petit morceau de bois entre ses dents pour le serrer bien fort, et ramena ses coudes à lui pour se soulever un peu.
Un hochement de tête montra à Armoria et à l'homme inconnu à côté d'elle, qu'il était prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armoria

avatar

Messages : 1240
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: La chambre rouge   Ven 27 Mar 2009 - 0:45

Le seul résultat qu'il obtint en se soulevant dut une tape sur la tête. Pas forte, mais ferme.

Qu'est-ce que j'ai dit ? Tu nous laisses faire. Messire Burger, vous le soulèverez légèrement quand je devrais faire passer la bande. En douceur, et sans à coup, pour ne pas le bousculer. Theo, si je te sens te contracter ne serait-ce qu'une seconde, je retire l'onguent avec mes ongles. Vu ?

Elle saisit la bande de lin, passant par-dessus son malade, penchée sur lui, et commença à la dérouler lentement, pour éviter de la lâcher, et qu'elle ne vienne heurter la plaie. Quand elle fut parvenue de l'autre côté, elle fit un signe de tête à Burger.

Soulevez. Doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre rouge
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La menace Rouge...
» la vipère rouge
» [RP]Derrière la taverne, une lanterne rouge
» Tout rouge fixe et sifflement
» Problème Nabaztag:tag rouge + bruit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Menessaire :: Le château :: Les chambres-
Sauter vers: